boogie rock

Le boogie rock est un type de musique rock and roll de la fin des années 1960 qui incorpore des éléments de blues, de soul et de funk.

Il est principalement utilisé dans les fêtes en raison de ses rythmes funky qui créent une ambiance amusante.

Le terme boogie rock a été utilisé pour décrire le son de ce genre, qui se caractérise par une ligne de basse entraînante, une batterie lourde avec des motifs de caisse claire et des guitares électriques brouillantes. Le boogie rock est souvent connu pour son utilisation intensive de la distorsion de la guitare.

Le style a été inventé en 1978 par le journaliste Bill Dahl dans son article « Disco-Not-Rock: A New Rock ‘n’ Roll Subgenre ». Dahl a reconnu que ce nouveau genre n’était pas aussi populaire que la musique disco ou punk à l’époque, mais a prédit qu’il finirait par devenir plus populaire.

Led Zeppelin, Cream, Stevie Ray Vaughan, Eric Clapton, Jeff Beck, Rod Stewart, George Harrison et Van Halen. L’un des groupes de boogie qui a connu le plus de succès est Steppenwolf.

Ils ont eu plusieurs chansons à succès, notamment « Born to Be Wild », « Magic Carpet Ride », « Just Like a Pill », « Sunday Morning », « Proud Mary » et « Rock ‘n’ Roll Blues ».

Dans une interview de 1988, le chanteur/guitariste John Kay a déclaré : « Nous préférons qu’on se souvienne de nous comme du groupe qui a inventé le boogie rock plutôt que comme du groupe qui s’est rendu célèbre avec ‘Wild Child’. Nous préférons qu’on se souvienne de nous comme du groupe qui a excité beaucoup de gens avec notre musique rock ‘n’ roll bluesy.

L’influence de Steppenwolf peut également être entendue dans la musique d’autres artistes. Par exemple, la version d’Eric Clapton de « Cocaine » est considérée par beaucoup comme la version définitive de cette chanson classique.

Living the Blues - CANNED HEAT - 1968 | blues rock | boogie rock. "Living the Blues" est l'apogée de l'art musical de Canned Heat. Vous ne voudrez pas le manquer !

Living the Blues

« Living the Blues » est l’un des premiers double album de l’histoire à grimper dans les classements, entrant à l’époque dans les 20 meilleures ventes aux USA. Il comprend l’hymne rural hippie « Going Up the Country », qui fera le tour de la planète grâce à l’album de Woodstock. Un live de 40 mn (coupé en deux par la force des choses sur le vinyle original) clos cet album qui accueille Dr. John (« Boogie Music ») et – originalité – l’anglais John Mayall (« Walking by Myself »).

1
0
Live in Europe - Rory GALLAGHER - 1972 | blues rock | boogie rock | british blues | rock-n-roll. Les guitaristes rares comme Rory GALLAGHER sont comme des licornes. Vous n'avez peut-être jamais entendu parler d'eux, mais vous avez très certainement entendu leur musique. Il est difficile de ne pas aimer leurs mélodies envolées et leurs rythmes puissants.

Live in Europe

Moins prestigieux peut-être que son « Irish Tour » (immortalisé par le film de Tony Palmer), ce « Live in Europe » reste comme un grand moment de blues électrique. Son attachement au valeurs traditionnelles du genre n’empêche pas Gallagher de retrouver parfois quelques accents irlandais ou country, ni de faire chauffer à l’occasion la mandoline ! (« Going to My Home Town »)

0
0
Takin' It to the Streets - The DOOBIE BROTHERS - 1976 | boogie rock | rock/pop rock | soft rock | soul. Les claviers sautillants d'un ordinateur portable remplacent les riffs des guitares et les chansons sont composées de deux parties qui feront mouche sur la bande radio FM

Takin’ It to the Streets

Changement radical de style pour les « Doobies » à partir cet album. Le groupe, après plusieurs changements de personnel, devient résolument funky, avec des voix haut perchées façon « Earth Wind & Fire ». Il se séparera en 1980… pour réapparaître épisodiquement plusieurs fois par la suite.

0
0
The ALLMAN BROTHERS BAND - 1969 | blues | blues rock | boogie rock | hard rock | southern rock. La musique est essentielle et intense. Elle fait vraiment vibrer votre cœur et vous donne un grand sourire. Et surtout, elle est totalement accessible : chaque accord et chaque riff sont à la portée des joueurs les plus inexpérimentés.

The Allman Brothers Band

Avec leur cocktail blues-rock/country-music et quelques flirts jazzy, les Allman Brothers vont être un des groupes américains les plus en vue du début des années 70. Ils se distinguent notamment par la fabuleuse guitare de Duane Allman (son jeu de slide incomparable) et la voix de son frère Greg, le clavier de la formation.

0
0
Exile On Main Street - The ROLLING STONES - 1972 | blues | blues rock | boogie rock | hard rock | rock/pop rock | rock-n-roll. Nous passons du rock au doo-wop, de la country au rhythm and blues. Un son formidable et un processus créatif.

Exile On Main Street

Sans qu’il comporte de véritables tubes (à l’exception de « Tumbling dice »), ce double album est généralement considéré comme l’un des plus essentiels de toute la discographie des Rolling Stones… le dernier de la grande époque.

0
0
POINT BLANK - 1976 | blues rock | boogie rock | hard rock | southern rock. Cet album est sorti en septembre 1976 sur Arista Records et a été produit par Bill Ham, le producteur d'un autre groupe texan, ZZ Top.

Point Blank

Sous sa mémorable pochette (au graphisme tendrement bienveillant !) , ce premier album révèle un furieux groupe de boogie rock. Point Blank, dévastateur sur scène, relève à l’époque le défi de premières parties des Kiss, ZZ Top, Aerosmith ou Joe Walsh… Une énergie par ailleurs bien conservée sur les albums.

0
0
No BS - BROWNSVILLE STATION - 1970 | boogie rock | hard rock | rock-n-roll. Comme les Stooges, Brownville Station est né en 1969 à Ann Arbor, Michigan et a été formé par le chanteur-guitariste Cub Koda et le guitariste Michael Lutz.

No BS

A l’ombre des Stooges ou MC Five, Brownsville Station est l’un des grands oubliés de la scène de Detroit. Le groupe est formé notamment autour du guitariste-chanteur hargneux Cub Koda et va se distinguer par de remarquables reprises… Un rock limpide, à classer quelque part entre les pionners du rock-n-roll et Creedence Clearwater, voire Alice Cooper.

0
0
Piledriver - STATUS QUO - 1972 | boogie rock | hard rock. L'intro soft rock se transforme finalement en un morceau de guitare plus puissant qui rappelle les premiers Fleetwood Mac.

Piledriver

Status Quo, souvent mésestimé par la critique rock de l’époque, finira par gagner l’estime par sa longévité et son absence de prétention. C’est en tous cas une institution du boogie-rock anglais. Groupe à singles, il n’en a pas moins sorti quelques très bons albums, dont ce précosse « Piledriver »

0
0
George Thorogood & the Destroyers - George THOROGOOD - 1977 | blues rock | boogie rock | hard rock | rock-n-roll. Cette musique est faite pour ceux qui aiment la musique qui les fait "planer" !

George Thorogood & the Destroyers

Joueur de baseball, George Thorogood décide en 1970 de passer au blues ! Les puristes du blues diront toujours de lui que ce n’est pas du blues et les puristes du rock que ce n’est pas du rock. Mais ses reprises de John Lee Hooker « One Bourbon, One Scotch, One Beer » et d’Elmore James « Madison Blues » font mouche pour ce premier album.

0
0
CACTUS - 1970 | blues rock | boogie rock | hard rock. Une excellentte section rythmique composée et un chanteur-crieur qui est un grand motivateur et provoque une montée d'adrénaline très agréable dans le public.

Cactus

Le groupe américain Cactus est une sorte de parenthèse, un accident de l’histoire. Au sortir de Vanilla Fudge, Tim Bogert et Carmine Appice envisagent de former un super groupe avec Jeff Beck et Rod Stewart. Mais le pont magique entre USA et Angleterre s’écroule lorsque Jeff Beck se plante en moto; Rod Stewart rejoint les Faces. Jim McCarty, ex-guitariste de Mitch Ryder, et Rusty Day sont engagés en remplacement… Suit ce premier album excellent !

0
0
They Only Come Out at Night - Edgar WINTER - 1972 | blues rock | boogie rock | hard rock. C'était un grand album à sa sortie, grâce à deux titres : "Free Ride" et "Frankenstein". Ce dernier est un excellent instrumental qui conclut l'album d'une belle manière.

They Only Come Out at Night

Au tout début des années 70 Edgar Winter, en grande forme, signe quatre albums consécutifs d’une immense qualité en moins de trois ans… « They Only Come Out at Night », qui clos cette belle série, restera comme celui qui contient deux de ses titres les plus mémorables, « Free Ride et surtout « Frankenstein ».

0
0
3rd degree johnny winter 1986

3rd degree

Lorsque Johnny Winter est décédé en 2014, il avait l’une des voix les plus distinctives de la guitare rock et blues, une voix qui servait de symbole de la puissance brute et débridée du genre.

Winter est né dans le Mississippi en 1944 et a grandi à Beaumont, au Texas. Il a été initié à la guitare dès son plus jeune âge par son frère Edgar (plus tard connu sous le nom de producteur Rick), et a fait preuve d’un talent prodigieux ; il jouait professionnellement à l’âge de 11 ans. La carrière de Winter a commencé deux ans plus tard avec une séance d’enregistrement pour Mercury Records qui a donné la ballade »Be Careful With a Fool ». Il a enregistré onze albums pour Columbia Records entre 1965 et 1969 à Nashville, Tennessee, avant de passer à MCA Nashville Records.

En 2004, Johnny se retrouve sur Columbia Records suite à sa sortie de M

Le musicien albinos du Texas a connu son apogée dans la seconde moitié des années 1980 et a sorti des albums que ses fans peuvent encore entendre aujourd’hui. Une maîtrise absolue pour jouer de la guitare ou du dobro. Ceux-ci comprenaient des titres très acclamés tels que « 3rd degree » et « The winter of ’88 ».

 

0
0

Start typing and press Enter to search

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
top