Don’t Get Weird on Me Babe

Ce deuxième album solo de Lloyd Cole (installé à New York depuis la dissolution des Commotions en 88) est sans doute sa meilleure réalisation personnelle. La production, aux accents souvent majesteux, de Paul Buckmaster (Rolling Stones, Elton John) y est sans doute pour beaucoup. En 91, entre le monument "Nevermind" de Nirvanna et l'étrange "Loveless" de My Bloody Valentine, cet album conserve cependant un intérêt certain.

Lire plus:
0
0

Leave a Comment

Start typing and press Enter to search

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
top