Exile in Guyville

Liz Phair évolue dans le milieu underground à la fin des années 80. Son premier album est une véritable bombe et la fait apparaître comme la nouvelle révélation américaine. Il engendre même une ribambelle de clônes plus ou moins éphémères... Une affection particulière pour les Rolling Stones (le clin d'oeil du titre et les guitares rythmiques à la Keith Richards), mais aussi une filiation avec les grandes chanteuses d'outre-Atlantique.

Lire plus:
0
0

Leave a Comment

Start typing and press Enter to search

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
top